Les tendances digitales vues par l'agence Dix Sept Paris

Publié par le

Assistants vocaux, bascule du luxe sur les réseaux sociaux, fonction "shoppable" d'Instagram... Wilfried Klucsar, cofondateur de Dix Sept Paris, fait le point sur les nouveautés qui agitent la pub digitale.

Je m'abonne
  • Imprimer
Quand les marques de luxe veulent être à la mode

Le rapport au temps entre marques de luxe et réseaux sociaux est quasiment opposé. L'arrivée de ces maisons sur les plateformes digitales était donc délicate à gérer. Le luxe devait résister à la tentation du "tout, tout de suite" et à l'inévitable dictature de l'immédiateté qui règne sur les réseaux sociaux. Car le luxe, c'est avant tout du désir et donc de l'attente et de la rareté. Une contradiction qu'il a fallu accepter, apprivoiser ou contourner pour les marques de luxe qui se sont lancées dans l'aventure. Ces dernières testent ainsi la mise en place de partenariats avec des entreprises et des personnalités grand public. Une manière de répondre à la tendance du "casual", particulièrement en vogue.

En effet, d'après un rapport de la Fondation Altagamma (2018), 73 % des consommateurs de marques de luxe déclarent être attirés par un style décontracté. Des associations plus ou moins inattendues fleurissent ainsi sur les réseaux sociaux et en boutique. Louis Vuitton et Supreme, Adidas et Alexander Wang, Piper-Heidsieck et la marque de streetwear japonaise BAPE sont quelques exemples de la longue liste des marques qui ont décidé de s'unir le temps d'une collection ou d'un événement. Une façon habile pour les marques de luxe de rajeunir leur image, de répondre à l'exigence de nouveauté et d'être perçues comme "cool" auprès d'une cible plus jeune sans avoir à bouleverser en profondeur leur image et leur communication.

Wilfried Klucsar, cofondateur de Dix Sept Paris

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet