En ce moment En ce moment

#NRF2020 Mathieu François (Oracle South): "Les retailers doivent développer leur propre stratégie data"

Publié par le | Mis à jour le
#NRF2020 Mathieu François (Oracle South): 'Les retailers doivent développer leur propre stratégie data'

Pour Mathieu François, directeur des ventes d'Oracle South, l'un des enjeux centraux des retailers français est de devenir "data centric" pour pouvoir rivaliser avec les Gafa. Explications à E-commerce magazine depuis le salon NRF.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quelles sont les grandes annonces d'Oracle en direct de la grand-messe NRF 2020 à New York ?

Nous allons annoncer la nouvelle version de la plateforme et de nos applications métier et les présenter. Chaque édition de la NRF est l'occasion de présenter les nouveautés et les fonctionnalités améliorées de notre solution. Cette année, la grande tendance est d'embarquer l'intelligence artificielle directement dans les applications métier. Par exemple, un merchandiseur va se voir proposer par l'IA des plans d'assortiments personnalisés et optimisés. Autre exemple, sur l'e-commerce, nous avons notamment amélioré les fonctionnalités liées à l'abandon de panier, les stratégies de relance et de "retargetting" avec des calculs et préconisations sur qui relancer, quand, par quel canal...

En 2020, nous rendons gratuites toutes les fonctionnalités d'intelligence artificielle dans la plateforme. Cela va permettre aux retailers de travailler sur des algorithmes que nous avons déjà préparés et de créer leur propre intelligence artificielle.

Aujourd'hui, ceux qui maîtrisent le mieux ces sujets sont les GAFA et nous pensons que les retailers doivent développer leur propre stratégie data et se renforcer dans ce domaine. Mais la barrière technologique est importante. Pour des enseignes comme Carrefour, Auchan, Casino, le retard est grand et au sein d'Oracle, nous avons décidé de mettre notre puissance technologique à disposition du secteur du retail pour combler ce retard.

Chaque année enfin, nous éditions une étude en décembre sur la perception du retail du point de vue des consommateurs d'un côté et des retailers de l'autre. L'idée est de comprendre les tendances et de mettre en perspective les différences de perception. Un chiffre m'a marqué. 57% des consommateurs trouvent que retourner un produit en magasin est très compliqué alors que du point de vue des retailers on note le même chiffre, 57% mais qui estiment que leur processus de gestion des retours est optimisé! Autre exemple, 23% des consommateurs estiment qu'une bonne expérience en magasin passe par un bon service et des conseils et seulement 6% des retailers pensent ainsi. Cette étude riche d'enseignements sera également présentée lors du salon...

Quelles tendances identifiez-vous comme étant clé dans le futur du retail?

Selon moi, la tendance de fond est la bonne utilisation de l'intelligence artificielle. L'enjeu pour les retailers traditionnels est justement d'être capables de déployer l'intelligence artificielle à très grande échelle. Cela va leur permettre de rivaliser avec Amazon, ce que parvient désormais à faire Walmart. Aux États-Unis, Walmart a opéré ce changement et va mieux, recommence à prendre des parts de marchés et progresse à nouveau. En France, les retailers sont encore globalement plutôt en perte de parts de marché face aux pure players. Pour parvenir à déployer l'IA à grande échelle, ils doivent repenser la manière dont ils gèrent la donnée au sens large. La bonne nouvelle est que les distributeurs sont ceux qui ont le plus de données en interne! Ils collectent des datas sur leurs consommateurs depuis très longtemps. L'enjeu de l'IA sera de leur permettre de mieux utiliser ce capital qu'ils sont quasiment les seuls à pouvoir capter.

Vous notez également une augmentation de l'économie de l'abonnement aux États-Unis, un pays que certains baptisent désormais Prime Land...

En effet, outre le vocal, sur lequel les Américains sont plus avancés que les Français, il y a aussi plus de consommateurs américains qui sont abonnés à des produits qu'ils reçoivent de manière récurrente. La tendance devrait se développer en France. Elle est bien sûr poussée par Amazon avec le service Prime. 43% des consommateurs américains abonnés à Amazon Prime depuis moins d'un an achèteraient une fois par semaine au moins. Amazon est devenu pour ces abonnés le premier moteur de recherche de produits. Cela pose des questions pour les distributeurs historiques, qui doivent s'interroger sur leur valeur. Il faut qu'ils redeviennent des sélectionneurs de produits et de services alors que cette facette du métier avait été un peu perdue de vue...

Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Propos recueillis par Martine Fuxa

Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

Retail

Par Patrick Mareuil, DG EMEA Airship

Le Black Friday, journée devenue la plus importante pour les e-commerçants en France, devrait connaître une étape importante cette année dans [...]