Recherche
Magazine E-commerce
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Les 10 idées e-commerce à retenir de cet été

Publié par le

La rédaction a réalisé pour vous une sélection d'informations percutantes de ces dernières semaines. Au programme : la prise de participation de Carrefour au sein de Cajoo, Twitter lance un projet pilote d'e-commerce aux Etats-Unis, Zooplus racheté pour 3 milliards de dollars et Alibaba dépasse les 25 milliards de CA trimestriel. Séance de rattrapage !

Je m'abonne
  • Imprimer

Le site d'animalerie en ligne Zooplus racheté pour 3 milliards de dollars

Zooplus, l'un des plus grands détaillants en ligne d'articles pour animaux de compagnie en Europe, a annoncé avoir accepté une offre de rachat de trois milliards d'euros émise par la société d'investissement américaine Hellman & Friedman. Fondée en 1999, la société gère une plateforme de vente en ligne de produits d'animalerie, dans 30 pays européens. Zooplus revendique 8 millions de clients en 2020 et a vu son marché croître avec la crise sanitaire.

Le site marchand a vu son chiffre d'affaires bondir de 18%, à 1,8 milliard d'euros, en 2020. Les ventes sur Internet représentent environ 17% des revenus globaux du secteur, une proportion qui devrait augmenter considérablement. Les dépenses mondiales en soins pour animaux de compagnie ont accru de 8,7% l'année dernière, les confinements ayant contribué à alimenter un boom de la possession d'animaux de compagnie, selon Euromonitor. Le marché européen des fournitures pour animaux de compagnie devrait passer de 29 milliards d'euros en 2020 à environ 49 milliards d'euros d'ici 2030.

A lire sur Financial Times

Twitter lance un projet pilote d'e-commerce aux États-Unis

Twitter a lancé fin juillet un pilote aux États-Unis visant à tester le potentiel du commerce en ligne sur sa plateforme. La société présente un nouveau "Module de magasin" qui offre aux marques, aux entreprises et détaillants la possibilité de présenter leurs produits aux utilisateurs de Twitter directement sur le profil de l'entreprise. Les utilisateurs pourront ensuite faire défiler un carrousel d'images de produits dans le module et appuyer sur un produit qu'ils souhaitent acheter. L'utilisateur est dirigé sur le site marchand de l'entreprise à l'intérieur de l'application Twitter elle-même, où le client peut en savoir plus sur le produit en question et choisir de faire un achat.

Le module Boutique apparaîtra dans un nouvel espace dédié en haut d'un profil Twitter pris en charge, visible par les utilisateurs américains en anglais sur les appareils iOS. La société a déclaré à TechCrunch que seules les entreprises avec un profil professionnel pourront utiliser la fonctionnalité pour le moment. Les profils professionnels, qui ont commencé à être testés en avril, donnent aux entreprises, aux organisations à but non lucratif, aux éditeurs et aux créateurs la possibilité d'afficher des informations spécifiques sur leur entreprise directement sur leur profil, notamment leur adresse, leur numéro de téléphone, leurs heures d'ouverture, etc.

En plus du détaillant de jeux GameStop et de la marque de voyage Arden Cove, Twitter indique qu'il n'y aura qu'environ 10 autres marques dans les secteurs du style de vie, de la vente au détail traditionnel, des jeux, des médias et du divertissement, de la technologie et des télécommunications qui auront accès à la nouvelle fonctionnalité. L'entrée de Twitter dans les achats en ligne intervient à un moment où les grandes entreprises technologiques et les plateformes sociales augmentent leurs investissements dans l'e-commerce.

À lire sur Tech Crunch


Carrefour investit dans Cajoo pour accélérer le quick-commerce en France

Le distributeur français a annoncé en juillet être entré en négociations exclusives en vue d'une prise de participation minoritaire dans la start-up Cajoo, spécialiste français de la livraison de courses du quotidien en moins de 15 minutes. Fondé en février 2021, Cajoo est le pionnier sur le marché français du quick-commerce. Seulement 5 mois après son lancement, la start-up est déjà présente dans 10 villes de France et compte plus de 100 000 utilisateurs. À travers son réseau de darkstores et ses équipes de préparateurs et de livreurs salariés, Cajoo livre près de 2 000 produits alimentaires et non-alimentaires en moins de 15 minutes, sur de larges plages horaires.

Cet investissement permet à Carrefour de poursuivre son ambition e-commerce. Il s'accompagne d'un partenariat industriel exclusif portant notamment sur l'approvisionnement et la logistique opérationnelle dans les darkstores de Cajoo. Cette levée de fonds permettra à Cajoo d'accélérer son développement en France et en Europe, tout en s'appuyant sur l'expertise opérationnelle de Carrefour pour optimiser son modèle et étendre ses services.


Walmart vend ses technologies e-commerce à d'autres retailers

Walmart ouvre ses solutions e-commerce à d'autres retailers. Grâce à un partenariat avec Adobe, la chaîne de supermarchés intégrera l'accès à sa marketplace, ainsi qu'à ses diverses technologies d'enlèvement et de fulfillment en ligne et en magasin.

Selon TechCrunch, l'accord permettra à Walmart d'atteindre des milliers de retailers de petite et moyenne taille qui pourront utiliser les mêmes outils que la chaîne de supermarchés américaine. Par exemple, les clients d'Adobe pourront afficher les créneaux disponibles pour le retrait ou proposer à leurs employés des outils mobiles pour composer les commandes. En outre, les retailers pourront également vendre leurs produits directement sur la marketplace de Walmart.

Pour Walmart, la coopération pourrait non seulement générer de nouveaux revenus, mais aussi devenir une nouvelle arme dans la bataille engagée avec Amazon pour la domination du retail en ligne. La place de marché de Walmart compte aujourd'hui environ 100 000 vendeurs. Un nombre insignifiant comparé à Amazon, qui recense 6,3 millions de partenaires commerciaux dans le monde, dont un quart est actif. Les clients d'Adobe pourront intégrer les outils de Walmart dans leurs propres boutiques en ligne dès le début de l'année prochaine. Les prix et autres détails n'ont pas encore été annoncés.

À lire sur Retail Detail


© xtock - Fotolia

La Chine publie un projet de réglementation de la concurrence sur internet

L'Administration d'État pour la régulation des marchés (SAMR) chinoise vient de publier un projet de réglementation du secteur des entreprises internet qui vise à empêcher la concurrence déloyale et à mieux encadrer de l'usage des données des utilisateurs. Pékin a commencé ces derniers mois à renforcer le cadre réglementaire dans lequel opère l'économie en ligne chinoise dans le but affiché de freiner les pratiques anticoncurrentielles. Dans ce contexte, les autorités ont infligé de lourdes amendes sens à des entreprises telles que le géant du commerce en ligne Alibaba et celui des réseaux sociaux Tencent.

Les plateformes "ne doivent pas mettre en oeuvre ou aider à mettre en oeuvre une concurrence déloyale sur Internet, perturber l'ordre de la concurrence sur le marché, affecter les transactions équitables sur le marché", explique la SAMR dans le projet publié sur son site internet. Le régulateur estime aussi que les opérateurs commerciaux ne doivent pas utiliser les données de leurs utilisateurs et clients ou des algorithmes pour détourner le trafic ou influencer les choix des utilisateurs.


Flipkart boucle une levée de fonds de 3,6 milliards de dollars menée par Walmart

La marketplace indienne Flipkart lève 3,6 milliards au cours d'un tour de table dirigé par Walmart et comprenant notamment le Japonais SoftBank Group, valorisant l'entreprise à 37,6 milliards de dollars. Walmart est actionnaire majoritaire de Flipkart depuis trois ans.

À lire sur Digital Commerce 360


© Martin Colombet

LVMH se lance dans le livestreaming avec Bambuser

En juin dernier, dans le cadre du salon Viva Technology, LVMH sacrait Bambuser, spécialisée dans la diffusion de contenus vidéos interactifs en direct. Le géant du luxe annonce la signature d'un contrat de 12 mois à compter de ce mois d'août.

Cet accord fait suite à des pilotes menées en collaboration avec deux maisons du Groupe. Avec ce rapprochement, LVMH compte ainsi renforcer son positionnement en matière de livestreaming, étudiant ce dispositif "pour toutes ses maisons et divisions, sur tous les marchés", selon le communiqué. Le groupe devrait ainsi s'appuyer principalement sur Live Video Shopping de Bambuser, une solution logicielle reposant sur le cloud pour héberger des expériences d'achat en direct via des sites web, des applications mobiles ou encore des médias sociaux tels que Facebook ou TikTok. L'outil promet ainsi une expérience d'achat immersive autour de sessions ultra-personnalisées, brandées aux couleurs des maisons qui peuvent également suivre les données d'audiences.

Avec 195 pays couverts, la solution de Bambuser - qui promet un ajout au panier en moyenne supérieur de +36% à une session de shopping online "classique" -, pourrait donc contribuer activement à la démocratisation du procédé à l'international.

A lire sur Le Journal du luxe

Shein double H&M et Zara aux États-Unis

Le retailer chinois Shein est devenu le plus grand acteur de la fast fashion aux États-Unis et y voit son application plus téléchargée qu'Amazon, selon une étude menée par Earnest Research. Au mois de juin, Shein totalise 28% des ventes de fast fashion aux États-Unis, devant H&M (20%), Zara (11%) et Forever 21 (10%).

À lire sur Retail Dive

Alibaba dépasse les 25 milliards de chiffre d'affaires trimestriel

Alibaba a attiré 45 millions de nouveaux clients au cours du trimestre écoulé. Et pour la première fois, le géant chinois de l'e-commerce a réalisé un chiffre d'affaires trimestriel supérieur à 25 milliards d'euros. Alibaba a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 34% à 205,7 milliards de yuans (26,8 milliards d'euros) entre avril et juin. La chaîne d'hypermarchés Sun Art, rachetée à Auchan l'an dernier n'est pas étrangère à cette croissance : sans cette acquisition, le chiffre d'affaires n'aurait augmenté que de 22%.

La branche logistique Cainiao a vu son chiffre d'affaires bondir de 50%. L'entreprise compte désormais quelque 1,18 milliard clients actifs dont 912 millions en Chine. Afin de poursuivre sa croissance, l'entreprise se concentre spécifiquement sur les régions moins développées du pays. Le bénéfice d'exploitation s'est cependant contracté de 11% à 30,8 milliards de dollars (4 milliards d'euros). Alibaba attribue la baisse du bénéfice aux investissements stratégiques réalisés dans Taobao Deals, Lazada et la plateforme d'articles d'occasion Idle Fish.

À lire sur Retail Detail


Bloom &Wild acquiert Bergamotte

Après le rachat du Néerlandais Bloomon au printemps, c'est au tour du Français Bergamotte de tomber dans l'escarcelle du groupe britannique, leader européen du secteur en nombre de livraisons. Bloom & Wild, né en 2013 et visant un chiffre d'affaires supérieur à 200 millions d'euros cette année, a acquis ce dernier auprès de ses deux fondateurs, de 360 Capital, de Xange et de Raise Ventures pour un montant non communiqué. La société, rentable depuis deux ans, a levé cette année 120 millions d'euros.

Le groupe, qui opère sur huit marchés, est déjà présent dans l'Hexagone. En rachetant Bergamotte, il entre dans le top 5 de la vente en ligne de fleurs en France. L'Allemagne est le premier marché du secteur en Europe, l'Hexagone est le deuxième.

A lire sur Les Echos

La rédaction

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

E-commerce

Small Business

Event

E-commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

Retour haut de page