Recherche
Se connecter

Logistique : bpost accompagne le développement du cross-border européen

Publié par le - mis à jour à
Logistique : bpost accompagne le développement du cross-border européen

bpost International est l'une des filiales de bpost, l'opérateur postal en Belgique privatisé partiellement depuis 2005. La firme s'est spécialisée dans l'e-commerce transfontralier, en plein essor.

  • Imprimer

L'e-commerce transfrontalier a de l'avenir. Bien sûr, il permet aux e-commerçants d'exporter leur activité au-delà de leurs frontières, ce qui représente une réponse efficace pour se développer en dehors des marchés locaux souvent encombrés. Mais pas seulement. Cette forme d'e-commerce entre pays répond aussi à une attente des consommateurs.

L'e-commerce transfrontalier touche en effet 11 % des Européens qui achètent déjà en ligne en cross-border ( source:International Post Corporation,septembre 2013). "Un pure player comme le britannique ASOS estime même que ses ventes cross-border représentent déjà entre 50 et 60 % de ses recettes", souligne l'opérateur bpost International dans un livre blanc intitulé "soigner sa stratégie cross border".

Implantée à Bruxelles et à Londres, bpost international a déployé une plateforme logistique capable d'optimiser les flux transfrontaliers dans l'ensemble de l'Europe et au delà. La filiale Londonienne, ouverte il y a 15 mois, emploie déjà une équipe d'une centaine de personnes. L'entreprise est également présente aux Etats Unis et au Canada, en Chine et à Singapour. " C'est dans ces pays que les choses se passent en termes de sourcing de marchandise ", explique Luc de Munck, managing director de bpost International. Car l'e-commerce au sein de bpost International est un relai de croissance important. Il représentait uniquement 5% de l'activité il y a 5 ans, une proportion passée à 35% actuellement. " Nous nous spécialisons sur le tansfrontalier uniquement. Nous voulons être parmi les meilleurs dans ce secteur ", explique Luc de Munck, managing director de bpost International.

L'e-commerce transfrontalier en question

Même si pour un e-commerce français, s'implanter sur le marché belge reste assez peu exotique, il s'agit d'une bonne destination pour faire ses armes. (Cf dossier s'implanter à l'International). En 2011, près de 50% des Belges achetaient en ligne, dont 54% sur des sites étrangers. Selon une étude de bpost, au sein de l'Europe entre 2009 et 2012 le pourcentage d'achat cross border est passé de 12 à 17% en France, de 17 à 25% en Belgique et de 11 à 13% au UK.

Pour rendre les échanges entre pays plus simples et faciliter les livraisons transfrontalières, la Commission Européenne a lancé une consultation en novembre dernier qui s'est terminée le 22 février, visant à interroger les parties prenantes au e-commerce transfrontalier. Le constat de base ayant motivé cette consultation est simple : 57 % des marchands hésitent encore à se lancer à l'international pour des raisons liées à la complexité de la livraison ( responsabilité, retards, conditions de retour, etc.) dans l'Union Européenne. Alors que la consultation vient de se terminer riche de 89 contributions consultables en ligne, reste à attendre les mesures concrètes qui en découleront.

Martine Fuxa

Martine Fuxa

Rédactrice en chef

Après un parcours professionnel commencé dans le marketing et la vente au sein de l’agence Manille (chef de publicité) puis d’Auchan France (chef de [...]...

Voir la fiche

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet