Découvrez bourseinside.fr, le 1er site dédié aux entreprises cotées !

Recherche
Magazine E-commerce
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine
En ce moment En ce moment

"Il faut pouvoir massifier et mutualiser les livraisons", Franck Journo

Publié par le - mis à jour à
'Il faut pouvoir massifier et mutualiser les livraisons', Franck Journo

Tensions environnementales, risque de surenchère dans la livraison ultrarapide, conditions de travail... Franck Journo, directeur général de Néo 26, conseil en logistique, s'interroge sur les enjeux de la livraison du dernier kilomètre.

Je m'abonne
  • Imprimer

Quels sont les facteurs de succès et de rentabilité sur la livraison du dernier kilomètre?

Il faut pouvoir massifier et mutualiser les livraisons. Un aller et un retour à vide représentent deux trajets pour une livraison. En concentrant le nombre de colis, on peut espérer rentabiliser le camion, le carburant et le chauffeur. Sinon, comme personne ne veut payer les frais de transport, le coût est transféré sur le produit, ce qui dégrade l'expérience client. Les outils permettent d'optimiser les tournées. Beaucoup de marchands ont recours à un transporteur qui décide du créneau qui l'intéresse. Quand les algorithmes indiquent combien de fois ses équipes sont passées sur un lieu de livraison, il peut proposer le créneau sur lequel il a l'habitude de passer ou, en cas de faible rotation, proposer le jour où passe une tournée normale.

Que change l'arrivée des livraisons immédiates en 10 ou 15 minutes?

La surenchère crée des besoins là où il n'y en a pas forcément. Il n'y a rien d'écrit sur la demande du consommateur hors alimentaire. Tout reste à définir sur les courses du quotidien et il n'y a aucun besoin réel sur la livraison de certains biens. Les vraies attentes se situent avant la livraison avec des avis de passage ou, mieux, une communication saine avec le destinataire. Un J+4 peut être intéressant si la proposition est choisie par le client et maîtrisée. La livraison de produits de restauration a accentué la concurrence sur l'espace public en créant des zones d'attente de scooters, alors qu'il n'y a aujourd'hui aucune place de parking pour accueillir les départs de livraison, ni de zones de service pour les livreurs ou pour la réparation des véhicules.

Quels sont vos points de vigilance?

L'augmentation des flux amène beaucoup de tensions sur l'environnement avec de la pollution, des nuisances sonores... On voit aussi des dérives sur les conditions de travail, avec des risques importants en termes de sécurité et de progrès social. En faisant de plus en plus appel à des auto-entrepreneurs, la néologistique crée une bulle qui sera une bombe à retardement sur la gestion des retraites. Dans trois ans, on sait qu'il ne restera qu'une ou deux solutions de livraison ultrarapide. Entre-temps, on aura grillé énormément de cash alors qu'avec cet argent, on aurait pu créer une école de coursiers.


Je m'abonne

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

E-commerce

Small Business

Event

E-commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

La rédaction vous recommande