Recherche
Magazine E-commerce
S'abonner à la newsletter S'abonner au magazine

Reportage dans l'entrepôt robotisé de Monoprix dédié à l'e-commerce alimentaire

Publié par Dalila Bouaziz le

Afin de faire face aux défis posés par l'accélération des ventes en ligne dans la distribution alimentaire, Monoprix a inauguré, en mars dernier, un centre de distribution de 36 000 m2 entièrement robotisé via la solution clé en main de l'acteur britannique Ocado pour une livraison à J+1. Visite guidée.

Je m'abonne
  • Imprimer

Un partenariat avec l'acteur mondial Ocado

En 2017, le groupe Casino signait un accord d'exclusivité de la solution Ocado Smart Platform (OSP) avec l'acteur mondial de la distribution alimentaire en ligne Ocado dont la plateforme est jugée comme "la plus performante du marché". L'accord prévoit ainsi la mise en service d'un entrepôt CFC (Customer Fulfilment Centre) dernière génération, situé en région parisienne situé à Fleury-Mérogis dans l'Essonne (91) et d'une superficie de 36 000 mètres carrés, utilisant le matériel de manutention breveté par Ocado (Mechanical Handling Equipment), afin de livrer à J+1 Paris et l'Ile-de-France (à partir de ce mois d'octobre) dans un créneau d'une heure.

Des alvéoles de stockage et des robots ont ainsi été installés ce que qualifie Monoprix de "ruche", un espace de stockage en 3D. Ocado a également mis en place une solution logicielle intégrée, incluant un site internet, comprenant l'optimisation de la livraison du dernier kilomètre et la gestion en temps réel des données clients via des algorithmes d'intelligence artificielle. En contrepartie, le groupe Casino verse à Ocado des commissions pour l'exploitation de la plateforme, en fonction de la capacité utilisée et des niveaux de service atteints.

Permettre un plus grand assortiment sur "Monoprix Plus" avec 22 000 références

"Cet accord représente une avancée majeure en termes de qualité : 50 000 références de produits alimentaires seront proposées dans un premier temps aux clients franciliens qui pourront bénéficier d'une livraison à domicile efficace et rapide", indiquait Jean-Charles Naouri, président-directeur Général du Groupe Casino lors de l'accord en 2017. La première commande est partie de l'entrepôt le 18 mars dernier, au tout début du confinement.

Aujourd'hui, les 50 000 références ne sont pas encore atteintes et sont de l'ordre de 22 000. Monoprix souhaite atteindre les 40 000 références d'ici la fin de l'année.

"Par rapport au marché, nous proposons plus que le double en termes de références sur un site e-commerce via Monoprix Plus", précise Fernand Tomarchio, directeur e-commerce alimentaire chez Monoprix. Depuis le début de l'année, le distributeur enregistre une accélération des ventes en ligne qui ont été jusqu'à être multipliées par 4 durant le confinement. "La croissance du e-commerce est une tendance de fond, souligne Diane Coliche, directrice générale exécutive de Monoprix. Nous voulons doubler notre chiffre d'affaires d'ici à 2030 pour atteindre les 10 milliards d'euros. Dans 10 ans, l'e-commerce devrait représenter 15 % du chiffre d'affaires." Actuellement, Monoprix indique qu'il représente "entre 5 et 10%" du CA. "Nos clients omnicanaux sont plus fidèles à notre enseigne et dépensent deux fois plus", pointe Diane Coliche.


© JP Moulet

Un objectif de 500 millions d'euros de ventes annuelles avec cet entrepôt

Monoprix souhaite atteindre un objectif de 500 millions d'euros de chiffre d'affaires additionnels grâce à cet entrepôt. Aujourd'hui, trois "cellules" (surgelés, produits secs et produits frais) sont en fonction, une quatrième est en chantier. 300 collaborateurs travaillent sur le site. "Nous continuons les recrutements pour arriver à 1 000 personnes, indique Fernand Tomarchio, directeur e-commerce alimentaire chez Monoprix. Nous voulons assurer une qualité de service optimale, nous avons ainsi fait le choix que les chauffeurs-livreurs soient nos salariés. Il est important que ce contact humain avec nos clients soit réalisés en interne."
Les chauffeurs livreurs appartiennent à la société O'Logistique, filiale du Groupe Casino et ont pour missions de vérifier le contenu de la commande, d'informer sur les produits remplacés en cas d'acceptation et de reprendre les sacs plastiques sous forme de consigne (le Covid-19 a suspendu cette initiative). La flotte est composée d'une centaine de camionnettes réfrigérées Iveco roulant au biogaz, gaz naturel.


© JP Moulet

Une commande de 50 articles réalisée en 6 minutes

Dans le centre de distribution, la première étape classique pour les opérateurs est de réceptionner les différentes références de produits secs de "Monoprix Plus" et de les enregistrer, en les plaçant sur des caisses blanches, via le système de contrôle en indiquant la date limite de consommation (garantir la fraîcheur) et le nombre d'unités. Chaque caisse correspond à un produit. L'objectif est d'avoir du stockage pour préparer et simplifier le travail du "pickeur" au bout de la chaîne. Ce sont les robots d'Ocado qui viennent chercher les caisses et peuvent transporter jusqu'à 30 kg.

Sur une vingtaine de niveaux, des caisses en plastique contenant des unités de produits identiques s'empilent -de façon verticale- via le ballet incessant des robots d'Ocado (dont l'autonomie est d'environ 6h). Le stockage est optimisé en permanence. "La préparation d'une commande de 50 articles ne nécessite que 6 minutes, c'est 3 à 4 fois moins qu'une commande classique", indique Fernand Tomarchio, le directeur e-commerce alimentaire. Les opérateurs, dont la préparation se fait en mode "Goods to man", effectuent trois commandes simultanément : la machine leur indique le nombre de produits à insérer dans chacun des trois sacs représentant trois commandes de clients.


© JP Moulet

Une livraison à J+1

L'entrepôt dessert Paris et l'Ile-de-France (à partir de ce mois d'octobre) pour une livraison à J+1 dans un créneau d'une heure, allant de 6h du matin à 23h (une tarification heure creuse est proposée aux clients), l'un des atouts majeurs de cette solution. Deux tournées sont réalisées quotidiennement : 6h-14h et 15h-23h. Monoprix testera dans les prochains mois des livraisons dans les Hauts de France.
Le directeur e-commerce,
Fernand Tomarchio, indique un NPS "qui dépasse les 50 points, dans un secteur où le NPS est plutôt à -26". "Nos clients ont la possibilité de modifier la commande jusqu'au soir pour une livraison programmée le lendemain, précise-t-il. Nous n'avons pas de pression sur la partie logistique."

Si le distributeur ne souhaite pas communiquer sur le panier moyen réalisé via "Monoprix Plus", il indique un "écart significatif".

Chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et Relationclientmag.fr, ainsi que les magazines print associés, je couvre l'actualité des [...]...

Voir la fiche

NEWSLETTER | Abonnez-vous pour recevoir nos meilleurs articles

E-commerce

Small Business

Event

E-commerce Offres Commerciales

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet

Retour haut de page