Rse

DossierLes acteurs de l'emballage tirent les leçons de la crise

Publié par Stéphanie Marius le

2 - "La hausse du flux de produits emballés peut se pérenniser"

Emmanuel Guichard, délégué général d'Elipso (l'organisation professionnelle représente les entreprises de l'emballage plastique), fait le point sur les bouleversements induits par la crise. L'entreprise compte une centaine d'adhérents, soit plus de 80% du marché de l'emballage plastique.

  • Imprimer

Face à la crise sanitaire, comment a varié la demande des différents secteurs marchands?

Au début du confinement, nous avons noté une hausse très forte de demandes (+30% la première semaine, +20% la deuxième) de production pour deux secteurs: l'alimentaire et l'hygiène. En effet, la restauration hors domicile s'est arrêtée et la consommation alimentaire des Français s'est reportée à 90% vers la grande distribution, le reste vers l'e-commerce. Le conditionnement étant plus petit, pour la même quantité d'aliments, nous avons produit plus d'emballages. Nous avons également assisté à un effondrement de l'emballage pour la vente à emporter. La hausse que nous avons perçue en e-commerce perdure, selon les données communiquées par la Fevad. Nous pensons que le flux de produits emballés, notamment en fruits et légumes, sera donc pérenne. Cela pose des questions de redesign de produits. En effet, l'acte d'achat en e-commerce et en drive n'est plus déclenché par la vision du produit. L'aspect attractif du packaging, la transparence, ont moins d'importance.

La crise sanitaire marque-t-elle le retour en grâce du plastique?

L'aspect logistique revient sur le devant de la scène. Cela ne remet pas en cause les engagements de l'industrie vers plus de recyclage et d'économie circulaire. L'organisme WWF a récemment publié un sondage consacré aux emballages plastique: il y a six mois, c'était le premier sujet de préoccupation des citoyens, il est rétrogradé en troisième position.

Quid du recyclage?

Il y a deux possibilités: soit l'incorporation de matières recyclées (on peut mettre 50% de matière recyclées dans un film plastique), soit faire en sorte qu'un maximum d'emballages soient recyclables. Pour cela, nous tendons vers le monomatériau. Le recyclage du plastique diffère de celui du papier: pour le PET, nous effectuons une repolymérisation. Certaines marques se sont engagées sur des plastiques 100% en matière recyclée. Il y a cependant 15 à 20% de perte de rendement. Pour l'heure, cette perte n'est pas un critère central, l'enjeu porte sur la collecte. Pour le click and collect, notamment, nous travaillons sur des solutions de réemploi. Dans ce cadre, nous croyons plus à des emballages rigides qu'à des colis retournables car cela crée des flux de transport.


no pic

Stéphanie Marius

Chef de rubrique

Ancien professeur de lettres modernes, secrétaire de rédaction durant quatre ans et aujourd’hui chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et [...]...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet