En ce moment En ce moment

DossierLes stratégies gagnantes des marketplaces B to C, selon Xerfi-Precepta

Publié par Stéphanie Marius le

2 - Freemium et dropshipping, deux solutions alternatives pour les marketplaces

Nombre d'e-commerçants optent pour les grandes plateformes traditionnelles. Pourtant, deux modèles plus spécialisés, le freemium et le dropshipping, peuvent convenir davantage à leurs besoins.

  • Imprimer

Le freemium, adapté aux marketplaces spécialisées

Même si le modèle type "Amazon" demeure le plus répandu parmi les marketplaces, il n'est pas le seul existant. Un compromis intéressant se trouve du côté des modèles freemium. Les plateformes qui le pratiquent offrent un accès gratuit à toutes leurs fonctionnalités basiques. Elles ne réclament donc pas de frais d'inscription, d'insertion, ni même de commissions sur les ventes. Il s'agit, dans ce cas, de ne faire payer aux vendeurs que les services annexes. Parmi ceux-là, on peut noter les services offrant un gain de visibilité aux produits (tels que les encarts promotionnels et les mailings), ceux liés à la centrale d'achats (logistique, marketing, rédactionnel, photos) et les services de conseil et de suivi statistique (datamining, reporting...).

Le modèle freemium remet donc en en question le modèle dominant de rémunération à la performance. Les marketplaces n'assurent plus intégralement leur promotion mais en délèguent une partie à leurs vendeurs.

Le dropshipping, une sélection rigoureuse de vendeurs

Comme les plateformes de vente classiques, le dropshipping vise à fédérer un certain nombre de vendeurs tiers afin d'augmenter la profondeur de l'offre, de générer du trafic et d'accroître les ventes. La différence tient à la sélection qui est réalisée dans le recrutement des membres. Les marketplaces traditionnelles filtrent peu leurs vendeurs et leur laissent la charge de se marketer. La plateforme de dropshipping, au contraire, choisit soigneusement les commerçants qu'elle accueille et assure une partie de leur communication. Dans certains cas, l'opérateur peut même assurer le branding des produits de ses vendeurs. L'offre de la plateforme apparaît ainsi plus cohérente.

Ce modèle est déjà implanté déjà outre-Atlantique, avec des sites tels que Shoebuy et Overstock. La France demeure pour l'instant en retard. Le dropshipping ne concerne pas seulement les grands noms de l'e-commerce, mais peut également être mis en place par des opérateurs de moindre envergure.


Retrouvez l'intégralité de l'étude "Les marketplace BtoC" de Xerfi-Precepta ici (payant).

no pic

Stéphanie Marius

Chef de rubrique

Ancien professeur de lettres modernes, secrétaire de rédaction durant quatre ans et aujourd’hui chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et [...]...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

Sur le même sujet