En ce moment En ce moment

Fabien Versavau : "2018 a été une année record pour Rakuten"

Publié par Dalila Bouaziz le - mis à jour à
Fabien Versavau : '2018 a été une année record pour Rakuten'

À l'occasion des résultats annuels de la plateforme e-commerce, le CEO de Rakuten France, Fabien Versavau, nous en dit plus sur les actualités du Groupe.

Je m'abonne
  • Imprimer
  • Comment s'est déroulée l'année 2018 pour Rakuten ?

2018 a été l'année de tous les records : notre chiffre d'affaires, notre volume d'affaires et notre résultat dans le monde sont supérieurs à ceux de 2017. Notre chiffre d'affaires atteint 8,8 milliards d'euros, en croissance de 16,6%, pour un résultat net de 1,1 milliard d'euros, en progression de 28,4%. En France, nous sommes sur la même tendance. 2018 a été la plus grosse année depuis que l'entreprise a été créée, alors que nous avons procédé au changement de nom de la marque (de PriceMinister à Rakuten) et au lancement de la plateforme Rakuten en France avec le Club (Rakuten ID -identifiant unique multi-activités- les super points, etc.).

  • Quelles sont les raisons de ce dynamisme en France ?

La France est notre marché le plus important en Europe. Cette croissance s'explique par la mise en place des ingrédients du succès de Rakuten en Asie et aux États-Unis : notre modèle d'écosystème avec le Club et les Super points, notre programme de fidélité où les clients sont récompensés pour chaque action, et la possibilité de passer d'un service Rakuten à un autre de manière très simple avec le même identifiant tout cela dans un parcours "sans couture". Nous n'avions pas cette logique d'écosystème en France.
En 2018, nous avons enregistré une très forte croissance à la fois du taux de ré-achat de l'ordre de 35% par rapport à l'année précédente, et du nombre de paniers ou montant des produits achetés sur nos plateformes. Néanmoins, nous avons encore une marge de progrès : au Japon, plus de 85% du volume d'affaires de notre place de marché est réalisé par les membres du Club, en France nous sommes à 55% (janvier 2019).La logique de rétention du Club fonctionne, elle nous permet d'optimiser nos budgets marketing pour investir de manière plus massive dans la générosité et la fidélisation de nos membres plutôt que dans l'acquisition de trafic externe plus coûteuse.

  • Vous avez lancé en décembre le Club "R Everywhere" à destination des e-commerçants en France, quel est le premier bilan ?

Sur le modèle du cashback, nos membres du Club "R Everywhere" bénéficient de 5% de réduction sur leurs achats chez les marques partenaires, en points de fidélité, les Rakuten Super points, dépensables ensuite sur la place de marché. Nous avons à présent 350 marques partenaires comme Nike, Asos, les Galeries Lafayette, Hotels.com, Expedia, etc. dans tous les segments de l'e-commerce : mode, beauté, sport, voyages, décoration, puériculture... Ce nouveau programme a reçu un accueil très favorable de toutes les marques et des e-commerçants.

Cette offre est très complémentaire avec notre business de marketplace, elle permet aux marques et aux pure players de bénéficier de notre audience et de notre communauté. C'est également une alternative aux régies publicitaires, notamment en termes de leads qualifiés et de trafic. Aujourd'hui nous avons 1,3 million de membres, l'objectif est d'atteindre les 2 millions dans les six prochains mois.

  • Depuis novembre, Rakuten propose le retrait des commandes en click and collect en magasin, avec Boulanger et EasyCash, où en êtes-vous ?

Le click and collect a été un carton à Noël avec Boulanger. Les quinze derniers jours avant Noël, plus de 65% des achats réalisés chez Boulanger à travers notre plateforme ont été effectués en click and collect. Plusieurs milliers de clients ont ainsi été dirigés de nos plateformes vers les magasins de l'enseigne pour récupérer leurs commandes en deux heures. Tous les mois, nous sommes sur une croissance à deux chiffres sur le volume d'affaires réalisé avec Boulanger. L'enseigne est aujourd'hui dans le top 3 de nos partenaires en France.

Notre approche dans le retail est à l'opposé du new retail et des plateformes américaines, nous nous considérons comme un partenaire des marques.

Notre objectif n'est pas d'ouvrir des points de vente ou de créer nos propres boutiques. En tant que plateforme, nous voulons proposer aux retailers et aux marques de nouveaux relais de croissance et du chiffre d'affaires supplémentaires. Nous sommes très vigilants à garder cette proposition de valeur partout dans le monde en gardant cette logique de partenariat. Aussi, nous sommes en train de finaliser avec de nouvelles enseignes dans le click and collect, notamment avec un retailer important dans le domaine culturel pour ce premier semestre.

  • Quels sont les objectifs de Rakuten en France cette année ?

Nous voulons atteindre les 20% de croissance de notre volume d'affaires en 2019, en renforçant à la fois nos partenariats et le nombre d'abonnés dans notre Club. Au sein de notre communauté, 25% de nos membres possèdent le statut "Platinum", ces derniers achètent plus de 50 fois par an. Et plus de 70% de nos acheteurs mensuels sont des clients fidèles et réguliers.
Nous allons lancer de nouveaux services avec nos autres filiales européennes à destination de nos consommateurs dans les secteurs de la fintech, de l'advertising et de la logistique. Enfin, nous travaillons sur le rapprochement de nos marketplaces françaises et allemandes pour proposer aux gros vendeurs européens ou aux enseignes un guichet unique pour les deux pays. Et d'un point de vue international, Rakuten va devenir le 4e opérateur mobile au Japon.


Je m'abonne

Journaliste pour Ecommercemag.fr, Relationclientmag.fr et E-marketing.fr. Je suis en veille sur le retail, la consommation, mais pas que...

...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet

Retail

Par Marie-Juliette Levin et Christine Monfort

En plébiscitant de nouveaux comportements tels que le zéro plastique, le second hand ou le vrac, les consommateurs obligent les retailers à [...]