Recherche
Se connecter

DossierLe C to C, la nouvelle manière de consommer des Français

Publié par le

2 - Un marché dominé par deux leaders : le Bon Coin et eBay

Pionnier des enchères sur le Web, eBay n'a eu de cesse de faire évoluer son modèle pour sortir de son image de plateforme C to C. Quant au Bon Coin, chaque mois, un Français sur trois s'y connecte pour trouver son bonheur parmi 22 millions d'annonces.

"Aujourd'hui, nous facilitons 175 milliards de transactions dans le monde et nous comptons doubler ce chiffre d'ici 2016". Le challenge est annoncé par Stéphane Folliet, directeur général d'eBay France, qui montre ainsi son envie d'en découdre, avec Amazon notamment. Pour bien montrer le potentiel en France, il cite les chiffres issus de la dernière étude Ipsos menée pour le compte de Paypal : 75% des familles françaises sont connectées et elles consomment à hauteur de 25% sur des sites étrangers.

Autre indication : 12% des cyberacheteurs dans le monde effectuent leurs courses sur des sites français. Quand on connaît la force du tourisme en France et la réputation de ses produits, on peut aisément imaginer que ce pourcentage peut grimper allègrement. D'où la proposition d'eBay d'aider les marchands à se lancer à l'international. "En un clic, un commerçant français peut ouvrir la livraison de ses produits partout où nous sommes implantés donc potentiellement aujourd'hui auprès de 120 millions de consommateurs", détaille Nina Sametinger, Directeur du développement. Les facteurs clés de succès ? La sécurité et la confiance, en particulier au moment du paiement. Ce qui explique le choix de la solution Paypal, leader des paiements en ligne avec 132 millions de comptes actifs dans le monde (5 millions dans l'hexagone). Et de donner l'exemple d'un grand distributeur d'articles de sport britannique . " L'an passé, l'enseigne a lancé la livraison partout dans le monde pour ses produits mis en ligne sur eBay.co.uk", explique-t-elle. Puis le distributeur a traduit les annonces en langue locale sur les sites eBay internationaux. L'impact a été immédiat : + 235 % sur les ventes internationales au premier trimestre de cette année et + 145 % d'augmentation de la part du commerce transfrontalier dans le volume d'affaires total . Un résultat qui se passe de commentaires.

Gimena Diaz, directeur général de Paypal France, insiste toutefois sur le fait que le mobile a été un facteur clé de cette évolution. "Les clients ont déjà opté pour ce modèle, s'exclame-t-elle. 4,6 millions de français ont en effet déjà acheté sur mobile en 2012, pour un montant d'environ 1 milliard d'euros ". Les prévisions se révèlent d'ailleurs plus qu'optimistes, la Fevad anticipant une progression de 540 % de ce moyens de paiement d'ici 2015. Et la solution Paypal se prête particulièrement bien au téléphone portable. " En intégrant le module de paiement Paypal, vous pouvez payer simplement avec votre adresse e-mail et votre mot de passe, comme sur le Web, ce qui est pertinent pour un paiement mobile ", assure-t-elle.

L'avantage du mobile réside aussi dans sa capacité à fluidifier l'expérience d'achat pour le consommateur. "Par exemple avec Toys'R Us, aux États-Unis, nous avons mis en place la possibilité de chercher sur son mobile un jouet pour son enfant, de le payer et de géolocaliser la boutique qui se trouve sur le chemin du retour, pour ne plus avoir qu'à passer le récupérer à l'accueil de celle-ci ", poursuit-elle. Exit les barrières ! Le commerce devient connecté. Pour preuve, 40% des dépenses dans le monde ont été "touchées" d'une manière ou d'une autre par le Web, dixit Gimena Diaz. Le commerce connecté est donc bien une réalité.

Le Bon Coin, 92 millions de chiffre d'affaires en 2012

Chaque mois un Français sur trois se connecte sur Le Bon Coin pour trouver son bonheur parmi 22 millions d'annonces. L'histoire de ce site de ventes entre particuliers, lancé en 2006, correspond bien à l'état d'esprit de nos compatriotes, soucieux d'une consommation plus raisonnée. Peut-on imaginer plus simple que la création d'un site d'annonces reliant acheteur et vendeur ? " En 2009, il rassemblait 4 millions de visiteurs uniques par mois. Il en compte 17,5 millions en 2013. Le site a enregistré une croissance de 27 % sur 2012 et les prévisions se situent autour de 20 % pour 2013 ", annonce Antoine Juteau, directeur marketing du site. C'est sans compter son indice de fréquentation : leboncoin. fr est devenu le deuxième site français le plus visité, derrière Facebook et devant Google. Un Français sur trois se connecte en moyenne 2 h 15 tous les mois (Médiamétrie // NetRatings, janvier 2013) pour déposer ou consulter des annonces. C'est presque devenu un passe-temps, une manière de chiner virtuelle. Et des annonces, le site en propose à foison : pas moins de 600 000 nouvelles offres chaque jour.

En cherchant des produits à vendre sur Le Bon Coin, l'internaute doit se sentir rassuré, comme sur la place du marché, un dimanche de vide-greniers. D'ailleurs, le concept fait très vite des émules dans la région du Nord-pas-de-Calais auprès d'un public familier des braderies. Un site simple d'usage, pas de cérémonial, comme lorsque deux badauds se tapent dans la main une fois l'affaire conclue. " Ce qui fait aussi le succès de nos ventes, c'est qu'avec le produit se transmet son histoire ", s'amuse Olivier Aizac. Et surtout, en période de crise, passer une annonce ne coûte rien et s'inscrit dans une logique de consommation responsable et raisonnée. En deux clics, l'offre est diffusée sur le site et consultable par 17 millions de personnes. " Face à des acteurs historiques comme eBay, PAP ou encore Logic Immo, très présents lors de notre implantation, nous avons choisi de miser sur un modèle gratuit ", explique Olivier Aizac. L'atout majeur se situe dans la capacité à mettre en relation des personnes dans leur région. On y trouve de tout, près de chez soi.

Bien sûr, pour ces spécialistes du Web et des médias, (Olivier Aizac a travaillé pour Vivendi Universal, cadresonline. com et bonjour.fr), lancer un site est aussi une affaire de marketing. Clairement identifiable, la page d'accueil du Bon Coin est vieillotte, s'éloigne des codes visuels classiques sur la Toile et cultive la simplicité à outrance. " Tout cela est clairement assumé ", insiste Olivier Aizac. Le Bon Coin doit rester un outil simple et efficace, sans inscription ni abonnement. Derrière cette machine de guerre qui draine des milliards de datas se cache des ingénieurs dont la mission est de fédérer de l'audience. Et ça marche. Ces dernières années, le n° 1 de la vente de biens de consommation entre particuliers a révolutionné plusieurs marchés nationaux. C'est le premier site immobilier français, le premier site automobile français et le premier en nombre d'annonces d'emploi. " Nous sommes le premier concessionnaire Ferrari d'occasion de France ", sourit Antoine Juteau. Fort de cette position de leader, le site a bâti son modèle économique en proposant des annonces payantes pour les professionnels, la possibilité pour les particuliers de mettre en avant leur offre et la vente d'espaces publicitaires à des annonceurs. Résultat, Le Bon Coin a réalisé 92 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012.

La rédaction vous recommande

Sur le même sujet