L'e-commerce français génère 26,6 milliards d'euros au 3e trimestre, en hausse de 8%

Publié par Dalila Bouaziz le | Mis à jour le
L'e-commerce français génère 26,6 milliards d'euros au 3e trimestre, en hausse de 8%

Durant cette période sans confinement, les sites de vente sur internet, tous produits et services confondus, ont généré un chiffre d'affaires de 26,6 milliards d'euros -en hausse de 8,1%- portés par les sites des enseignes magasins. Le rôle d'amortisseur économique de l'e-commerce se confirme.

Je m'abonne
  • Imprimer

Après une hausse de 1,8% au 1er trimestre et de 5,3% au second, la progression du secteur du e-commerce est plus vigoureuse au 3e trimestre avec +8,1% (mais en dessous du 3e trimestre 2019 qui était à +10,9%), indique la Fevad, lors de sa conférence de presse en ligne ce mardi 8 décembre. Cette croissance est portée par la reprise des ventes de certaines activités de services (transport, hébergement, loisirs) sur l'été et un niveau d'activité toujours important sur les produits. Le pic sur le mois d'août est dû au décalage de la date des soldes cette année.

Au cours du troisième trimestre, les sites de vente sur internet, tous produits et services confondus, ont enregistré 452 millions de transactions en ligne, pour un chiffre d'affaires de 26,6 milliards. Le montant moyen d'une transaction retrouve son niveau moyen d'avant crise soit 59 euros. Au second trimestre, il avait atteint 64 euros. Toutefois, la répartition entre produits et services vendus en ligne est favorable à la vente de produits qui représente au 3e trimestre 49% du chiffre d'affaires global contre 44% en moyenne sur l'année 2019 (cette répartition était montée à 57% pour les produits au 2e trimestre). La répartition produits/services est plus équilibrée pour ce 3e trimestre.

Le secteur compte 11 900 sites marchands actifs supplémentaires au 3e trimestre par rapport au 3e trimestre de 2019, soit au global 198 000 sites marchands.

Les sites des enseignes magasins toujours en forte croissance

Les ventes sur internet auprès des enseignes magasins continuent de progresser rapidement : +29% au cours du 3e trimestre. Depuis janvier, cette progression est trois fois plus importante que sur la même période en 2019 (+41% vs +13%) montrant l'attachement des Français à leurs enseignes magasins.

Le succès des enseignes magasin s'est confirmé lors du second confinement. Suite à l'annonce du reconfinement, la Fevad a mis en place un panel d'une cinquantaine de sites e-commerce dans le secteur non-alimentaire. Si les résultats issus de ce panel n'ont pas valeur d'indicateur global pour l'ensemble du secteur, ils n'en permettent pas moins de mesurer l'évolution de l'activité dans le contexte du confinement.

Ainsi, le chiffre d'affaires global du panel a progressé de 77% pendant ce second confinement. Les enseignes à dominante Meubles-Décoration-Aménagement Maison réalisent près de trois fois le chiffre d'affaires de l'an dernier à la même période. Les enseignes à dominante Produits Techniques près du double. Il ressort de cette enquête que sur les quatre premières semaines de ce deuxième épisode de confinement, ce sont à nouveau les enseignes magasin qui enregistrent la plus forte croissance : +175% vs les mêmes semaines de 2019 avec des pics qui dépassent les 200% sur les deux premières semaines. Le rythme des pure players, +30% est 6 fois moins rapide.

Si l'accélération des ventes a été immédiate dès la première semaine de confinement, le niveau atteint se maintient ensuite sur les deux semaines suivantes. Comme lors du premier confinement, la vente en ligne a permis de répondre aux besoins des consommateurs alors que les magasins étaient fermés, tout en permettant à de nombreux commerces physiques de maintenir une activité grâce à leur site internet.

L'effet accélérateur de la crise sanitaire dans les ventes de produits

Les ventes de produits grand public du panel iCE 100 (mesure de la croissance sur un échantillon constant d'une centaine de sites parmi les sites leaders) enregistrent une augmentation de 22,6% au 3e trimestre mais cela ne compense pas la baisse de chiffre d'affaires du 1er semestre.

L'effet accélérateur de la crise sanitaire sur les ventes de produits se poursuit avec une dynamique des ventes importantes pour l'ensemble des secteurs. Ce sont les secteurs de l'Alimentaire-PGC et la Beauté-Santé qui enregistrent les plus fortes croissances avec respectivement +36% (source : Nielsen) et +31%. La Mode-Habillement maintient le même trend de croissance qu'au 2e trimestre avec +17%.

Cet essor des ventes sur internet depuis la crise sanitaire est de +43% sur l'Alimentaire-PGC de janvier à septembre soit une croissance 5 fois plus rapide que de janvier à septembre 2019 (source : Nielsen). Pour le secteur Hors Alimentaire, cette progression est de +18% sur cette même période soit une croissance 4 fois plus rapide que sur janvier à septembre 2019.

L'activité des ventes de voyages est toujours très impactée par la crise sanitaire : -39% au 3e trimestre.

Les ventes sur les marketplaces poursuivent leur accélération et ont constitué un amortisseur économique pour les commerces physiques fermés.

Les ventes réalisées pour le compte de tiers (sur les places de marché) qui permettent à de nombreux magasins physiques et sites de limiter le recul de leurs ventes pendant leur fermeture ont progressé de 22% (vs +11% au 3e trimestre 2019). Sur la période de janvier à septembre, le volume d'affaires réalisé sur les places de marché représente 15% des sites de l'iCE100 produits.

Les ventes sur mobile pénalisées par le recul des sites de loisirs

Les ventes sur mobile de l'iCM, qui cumulent ventes de produits et ventes de voyages, sont toujours freinées par le recul des ventes de transport, voyage, billetterie, etc. Les deux premiers trimestres ont connu une croissance nulle. Le 3e trimestre enregistre une progression de 7% avec la reprise des ventes sur les mois de juillet et août de certains secteurs (train, hébergement, etc.). Les ventes de produits sur mobile continuent elles de progresser avec +15% au 3e trimestre.

L'e-commerce devrait atteindre 110 milliards d'euros en 2020

Avec un chiffre d'affaires cumulé de 77,9 milliards sur les 9 premiers mois, les ventes de produits et de services sur internet ont progressé de 5% par rapport à la même période l'an dernier.

A partir de l'analyse des données disponibles à ce jour, la Fevad table sur une progression des ventes de 8,5% au dernier trimestre. Si la croissance des ventes en ligne de produits devrait être plus importante que lors des précédents trimestres, celle-ci ne devrait toutefois pas suffire à compenser la baisse des services.

Dans ce contexte, le chiffre d'affaires annuel du e-commerce en 2020, tous produits et services confondus, devrait progresser de +6% sur un an, contre +11,5% en 2019, pour atteindre 109,6 milliards.


Je m'abonne

La rédaction vous recommande

Chef de rubrique pour les sites Ecommercemag.fr et Relationclientmag.fr, ainsi que les magazines print associés, je couvre l'actualité des enseignes [...]...

Voir la fiche
Martine Fuxa,<br/>rédactrice en chef Martine Fuxa,
rédactrice en chef

La Lettre de la Rédac

Recevez l'essentiel de l'actu

E-commerce

Small Business

Event

l'Essentiel by NMG

Sur le même sujet