Recherche
Se connecter
Méthodologie

La boîte à outils de la Gestion du temps

Chapitre VII : Optimiser ses outils

  • Retrouvez 5 fiches outils dans ce chapitre
  • Publié le 30 nov. 2017
©

La boîte à outils de la Gestion du temps

8 chapitres / 70 fiches

Le bon génie et le mineur

Il était une fois un bon génie qui maîtrisait les sorts bienfaisants pour soulager les douleurs des hommes et les rendre plus heureux. Bien qu'il eût prêté serment sur le Génial Registre de ne jamais tenter d'influencer de quelque manière que ce fût les voeux de ses protégés, cette clause le contrariait. Il avait constaté que bien des hommes, ne sachant pas au juste ce qu'ils voulaient, émettaient des souhaits qui se retournaient contre eux.

En observant un mineur qui peinait à extraire le minerai des profondeurs de la terre, il eut une idée.

  • Brave homme, lança-t-il d'une voix profonde, formule un voeu et je l'exaucerai.

L'homme s'arrêta de piocher et leva les yeux vers le génie qui flottait au-dessus de lui.

  • N'ai-je donc pas droit à trois voeux, selon la tradition ? s'étonna-t-il.
  • Formule un voeu et je l'exaucerai, répéta le génie.
  • Bien, soupira le mineur. Je veux une machine pour extraire le minerai à ma place.

Il n'eut pas plutôt fini de parler qu'une étrange machine apparut. Elle était munie d'une grande pioche à l'avant, d'une double rangée de pelles sur les flancs et de toutes sortes de manettes.

  • Merci, bon génie, dit l'homme ravi.

Mais le génie avait déjà disparu.

Le mineur regarda la machine, tira sur un levier, appuya sur un piston, tourna une manivelle. Un jet de vapeur s'échappa d'une tuyauterie, mais rien ne bougea. Il essaya d'autres boutons, fit pivoter une poignée, appuya sur une pédale. La machine toussa encore un nuage de vapeur et demeura inerte. L'homme essaya d'autres combinaisons sans plus de succès. La machine résistait. De guerre lasse, le mineur reprit son travail en maudissant le génie de lui avoir fait perdre son temps.

Le lendemain, alors qu'il contournait l'engin pour porter un sac de minerai à la benne, il tomba nez à nez avec le bon génie.

  • Fais un voeu et je l'exaucerai, dit le génie avant que l'homme se fût remis de sa surprise.
  • Je veux savoir faire marcher cette machine ! s'écria le mineur en colère.
  • Accordé, déclara le génie avant de disparaître.

Interdit, l'homme déposa lentement son sac. Sa curiosité était plus forte que sa rancoeur. Il s'approcha doucement de la machine comme il l'eût fait d'un animal sauvage. Il examina les leviers, scruta les engrenages, caressa du regard les courroies. Le mécanisme qui semblait si complexe la veille lui parut assez simple. Il actionna les manettes dans l'ordre adéquat.

La machine lança un long sifflement et se mit en route. Elle entailla la roche à grands coups de pioche. Les poulies grincèrent, les cuivres crissèrent au passage du minerai qui alla remplir une cuve placée à l'arrière. Le mineur n'avait plus qu'à le verser dans un sac et le porter à la benne.

Il fit le voyage plusieurs fois en sifflotant d'allégresse. Il courait presque. Il courait. Il courait vite, de plus en plus vite. La machine se propulsait en avant, creusait la galerie de son grand bec pointu, expulsait le précieux minerai avec vigueur. L'homme prenait du retard. Le minerai arraché à la terre menaçait d'obstruer la galerie. Le mineur avait beau accélérer la cadence, il n'arrivait pas à suivre le rythme effréné de la machine.

Il travailla toute la nuit sans s'arrêter. Exténué, il regarda poindre l'aube au loin, à l'entrée de la galerie, prêt à abandonner son filon.

  • Formule un voeu et je l'exaucerai, entendit-il dans la pénombre.
  • Mauvais génie, tu m'as jeté un sort pour que je coure à ma perte, grinça l'homme entre ses dents.
  • Formule un voeu et je l'exaucerai, insista le génie.
  • Je veux savoir maîtriser cette machine et décider moi-même de la mettre en marche ou de l'arrêter. Je veux contrôler son rythme à ma guise.
  • Accordé, répondit le génie.

De ce jour, la machine, docile, obéit à la volonté du mineur, et le Génial Registre fut enrichi d'une idée sage.

Pascale Bélorgey